Pourquoi les adolescents sont-ils attirés par les sports extrêmes ?

Dans le passé, on avait tendance à associer le choix des sports extrêmes à la recherche du risque chez les personnes ayant des traits de personnalité déviants ou pathologiques. Maintenant, les chercheurs voient également d’autres raisons, qui n’ont pas nécessairement à voir, par exemple, avec la “recherche de sensation”.

Une étude récente du ministère de l’Éducation révèle qu’environ un tiers des jeunes et très jeunes pratiquent régulièrement un sport à l’école ou dans un club sportif et ce chiffre ne peut être que positif.

La spécification intéressante est qu’un quart de ces enfants le pratiquent d’une manière vraiment intense, pourrait-on dire extrême. 

 

Par sports «extrêmes», nous entendons généralement les sports dangereux, tels que les parachutes, le saut à l’élastique, mais nous appelons également les sports «extrêmes» un sport ordinaire, s’il est pratiqué avec une fréquence et une intensité excessives. 

 

Pourquoi les adolescents ont-ils tendance à pratiquer des sports extrêmes, dans les deux sens définis ci-dessus? Y a-t-il des raisons psychologiques derrière ce comportement?

Les spécialistes expliquent que, principalement, le désir des adolescents d’être plus autonomes, plus indépendants et le désir d’échapper à l’autorité parentale pour construire leur propre identité, seraient les expériences à la base de la pratique du sport extrême.

 

De plus, le passage de l’enfance à l’adolescence effraie les jeunes car ils se rendent compte qu’ils ne peuvent pas le contrôler. Par contre, en général, l’adolescent se croit tout-puissant («il ne peut m’arriver quelque chose de mal») et a tendance à ne pas bien comprendre les limites qu’il a. Pratiquer un sport à un niveau extrême ou faire une activité dangereuse permet donc de croire que sa peur est dominable et que les risques sont calculables et confrontables, c’est-à-dire qu’elle renforce le sentiment d’omnipotence, apaisant les peurs liées à la phase de croissance.

 

Enfin, il faut considérer que les adolescents sont pleins d’énergie et qu’ils ressentent un besoin constant de libérer cette vitalité dans des pratiques qui peuvent contribuer à leur explosion et, mieux encore, leur donner satisfaction. On ne peut pas penser qu’une énergie de cette ampleur puisse être dépensée uniquement dans les activités scolaires, sinon on aura des jeunes surchargés de travail et plus susceptibles d’avoir des comportements dysfonctionnels (querelles, pleurs, mouvements rebelles, refus d’étudier, etc …) aussi bien en famille que parmi les pairs.

 

Bien qu’elle puisse aider au développement de l’identité et du processus évolutif, la pratique du sport extrême ou la pratique extrême du sport peuvent également avoir des conséquences graves sur la santé: par exemple, des problèmes de croissance importants ou des problèmes physiques et musculaires, qui seront ensuite traités et traités à niveau médical.

Ce qui est «extrême» doit presque toujours être compris comme risqué. À l’adolescence, la volonté de dépasser les limites est essentielle et peut également devenir fonctionnelle à la croissance, si elle est surveillée attentivement par l’adulte de référence. Rappelons-nous que si l’éducation à surmonter les peurs et à soi-même est fondamentale pour le développement et l’augmentation de l’estime de soi, il est tout aussi important d’éduquer à la frustration, d’habituer les jeunes à prendre en compte les risques et à considérer que ne pas être omnipotent ne signifie pas avoir échoué.