Sports extrêmes, frissons et adrénaline: qu’est-ce qui pousse tant de gens à vivre sur le fil?

Quand on pense au sport en général, on pense aux types les plus courants. On pense aux individuels ; tous ceux où vous vivez un défi continu avec vous-même, avec vos compétences et une saine compétition avec les autres, ou du moins presque toujours en bonne santé. Ensuite, il y a les joueurs d’équipe , qui doivent évidemment vivre avec l’esprit d’aide et de solidarité avec leurs coéquipiers, ceux dans lesquels quand on gagne, on gagne tout le monde et surtout quand on perd, on perd tout le monde. Dans ces sports, vous devez jouer et relever les défis, ce qui malheureusement n’arrive pas toujours, au service de votre équipe et dans le respect de vos coéquipiers et adversaires.

Évidemment, comme il se doit, quand on pense sport, on pense à toutes ces disciplines, mais une autre catégorie est également classée comme telle, celle des sports extrêmes. Ce terme définit toutes ces disciplines dans lesquelles de nombreuses personnes risquent leur vie. Par exemple: parachutisme, deltaplane, skateboard et bien d’autres. Est-ce que l’un de nous, les mortels ordinaires, vient à l’esprit, chaque fois que nous voyons à travers les médias, la télévision et Internet, se demander pourquoi ces personnes risquent leur vie si librement? Et pour quelle raison? Et qu’est-ce qui les pousse à ressentir ces émotions? Et surtout pourquoi ne les vivent-ils pas d’une autre manière, moins risquée? Et qu’est-ce que ça fait de risquer de mourir tous les jours? Nous les considérons comme étranges et nous ne trouvons pas logique ce qu’ils font. Pour comprendre tout cela, nous devons comprendre ce qui est à la base de tout cela.

Parmi les réflexions les plus courantes sur ce sujet, il y a la conviction que trois facteurs influencent et influencent ce choix : les besoins biologiques , culturels et psychologiques . Très souvent, les personnes qui pratiquent ces activités ont besoin de dominer, de se sentir supérieures. Pour eux, l’envie de gagner est forte, de montrer qu’ils sont meilleurs et plus forts que leur adversaire. Il y a donc un grand besoin de succès. Tous ces aspects trouvent leur satisfaction dans ce type de sport. De nombreux chercheurs ont traité ce sujet en élaborant des théories très intéressantes. Par exemple, le sociologue français Roger Caillois affirme que ces disciplines sont un type particulier de jeu dans lequel, en plus de la composante ludique, il y a une forte poussée appelée Agon qui signifie la domination sur l’adversaire. De plus, dans les sports extrêmes, il y a aussi, selon Caillos, le Ynx qui est un type de vertige et l’ Alea , une incertitude sur le résultat.

Le psychologue Ferdinando Dogana , expert en psychologie de la personnalité, étudie et traite le profil et la personnalité de ces athlètes. Selon l’étude réalisée par Dogana, le courage , l’ inconscience et, disons-le, même la folie de ces athlètes est une sorte de masque et de défense de leurs peurs, vécues et non surmontées dans l’enfance. Une sorte de self défense pour tenter de vaincre les phobies vécues par les enfants, la peur du noir, de la hauteur et de la chute. Un autre mécanisme présent chez ces sportifs est de se lancer dans des gestes de plus en plus extrêmes, comment dire, de relever de plus en plus la barre du danger, d’aller plus loin et de ne jamais se satisfaire. Ce mécanisme peut être comparé à celui de ceux qui utilisent quelque chose d’exagéré, du café, des médicaments, des médicaments … Lorsque vous utilisez quelque chose d’exagéré, la dose que vous prenez n’a plus l’effet escompté et prend toujours plus. De la même manière, le risque , l’ émotion et l’ adrénaline sont abusés. Rien n’est assez fort et des gestes plus extrêmes sont recherchés.

Parmi les nombreux mécanismes qui déclenchent ces choix de vie, il y a aussi le discours de l’ennui. En fait, cela peut sembler étrange, mais beaucoup de gens recherchent des sensations fortes pour l’éviter et vivre de nouveaux stimuli et de nouvelles expériences . Selon le psychologue américain Marwin Zuckeman , qui a étudié très attentivement ce trait de personnalité, il existe quatre paramètres fondamentaux: la désinhibition , la recherche d’ aventure et d’ émotion , la recherche d’ expériences et la susceptibilité à l’ ennui .

Au siècle précédent et ces dernières années, beaucoup de choses ont évolué, la technologie, la musique, la télévision, le cinéma et même le sport. Bien que nous n’ayons pas grandi avec le concept de spectacle sportif, nous ne pouvons nier l’habileté, le courage et le sens de l’aventure de ces athlètes, ainsi que la beauté des événements que nous voyons à la télévision. Si de nombreux universitaires et psychologues abordent ces questions pour leurs recherches, il y aura une raison. Les sports extrêmes sont aujourd’hui une réalité de plus en plus répandue dans notre société.

Sports extrêmes: un phénomène croissant

Déjà à partir des années 90 il y avait une diversification progressive des activités sportives , passant de la simple pratique des sports traditionnels (comme le football, le tennis, le volley-ball …) à la naissance de nouvelles disciplines, comme les extrêmes. Et maintenant, de plus en plus, ce sont ces personnes, surtout parmi les jeunes, qui, se lancant dans la pratique du sport extrême , ont une tendance marquée à rechercher le risque,entraînant souvent des accidents mortels (Istat, 2000). Aujourd’hui, on voit que le défi n’est plus avec l’adversaire, mais avec lui-même et avec les éléments naturels (que ce soit le vent, l’eau, la pente d’un mur ou une courbe d’une piste). La performance et les résultats sont désormais remplacés par le plaisir de l’expérience corporelle, donné par l’expérimentation de sensations fortes et inhabituelles et par la comparaison avec soi-même (Ferrero Camoletto, 2005, 2008).

Dans un monde qui attache une grande valeur à la maîtrise de soi et à l’autorégulation, la participation à des activités culturellement considérées comme «risquées» permet au moi et au corps de jouir, au moins temporairement, des plaisirs du corps «grotesque» ou «primitif». . (Lupton, 2003, p. 180).

Le corps devient ainsi un «conteneur du Soi» qui vous permet de définir clairement les frontières de votre identité, dans un contexte social de plus en plus incertain et fragmenté. En fait, le risque semble lié à la suppression de la précarité et de la souveraineté individuelle recherchée par le jeune ou l’adulte, malgré la conscience du danger existant. Plus précisément, la prise de risque délibéréechez l’adulte bien intégré, elle apparaîtrait comme un moyen de se souvenir du prix de son existence et comme une valorisation de la légèreté face aux contraintes de la lourdeur de la société d’aujourd’hui. Pour le jeune homme, en revanche, cela apparaîtrait avant tout comme une manière extrême de construire le sens de sa vie et un raccourci pour tenter de faire face au doute et au chaos dans lesquels il est plongé (Ferrero Camoletto, 2005; Le Breton, 1991, 1995, 2002) .

Sports extrêmes: une explication psycho-sociologique selon les perspectives théoriques traditionnelles

En analysant les études qui ont tenté de donner une explication psycho-sociologique des sports extrêmes , vous remarquez que dans la plupart des cas, le facteur personnalité a été considéré comme le principal motif qui pousse les individus à pratiquer les activités extrêmes et à rechercher le risque de à l’intérieur d’eux; principalement des adolescents , fascinés par l’individualité et le danger intrinsèque du sport (Brymer, 2005; Brymer et Oades, 2009; Olivier, 2006; Simon, 2002). Par conséquent, certaines recherches ont expliqué la participation à des sports extrêmescomme la réalisation d’un trait de personnalité déviant (personnalité de type T, où T signifie Thrill, ou frisson) qui conduit l’individu au besoin d’expérimenter une variété de situations caractérisées par l’incertitude, la nouveauté et l’imprévisibilité. Cette branche d’études a comparé les différences entre les gens ordinaires et les amateurs de sensations fortes à travers l’utilisation d’une courbe représentative de la propension à rechercher des expériences «No Limits», où à l’extrémité de la courbe les soi-disant «Big T» ont été identifiés, c’est-à-dire les personnes caractérisées par le besoin de ressentir le frisson à travers des sports à risque (Self et al., 2007).

Les perspectives théoriques traditionnelles ont clairement défini les individus qui, choisissant de pratiquer un sport extrême et ayant une relation malsaine avec la peur , seraient pathologiques dans leur recherche du risque et dans leur désir de défier la mort.

D’autres recherches ont plutôt préféré adopter une perspective psychanalytique, considérant la participation aux sports extrêmes comme une tendance narcissique malsaine. Les individus narcissiques seraient poussés dans cette direction en raison de certaines de leurs caractéristiques de personnalité imputables par exemple à la propension à rationaliser des comportements et sentiments jugés inacceptables, à surestimer leurs capacités et à nier leurs limites ainsi que leur vulnérabilité (Elmes & Barry, 1999; Hunt, 1996).

Bien que des termes différents aient été utilisés pour décrire le narcissisme , il peut être attribué essentiellement à deux formes: le «manifeste» (manifeste) et le «dissimulé» (secret) (Masterson, 1981; Wink, 1991).

  • La première forme narcissique, dite ” manifeste“Se révèle être le plus répandu et le plus couramment identifié chez ceux qui pratiquent des activités à haut risque, car il comprend des caractéristiques telles que l’égocentrisme, l’arrogance, la vanité, l’indifférence et un manque d’empathie envers les autres. Plus précisément, le narcissique classique est défini avec une «peau dure» car il a tendance à construire un bouclier entre lui et les autres pour se rendre insensible mais en même temps nourrit le besoin de se sentir puissant et supérieur aux autres, de cacher réellement un grand sentiment d’infériorité et de vide intérieur. Voulant être constamment au centre de l’attention, il est compétitif et souhaite obtenir des reconnaissances et des gratifications immédiates qui, si elles n’arrivent pas, peuvent conduire à un sentiment intense de colère (Gabbard, 1989; Masterson, 1981; Wink, 1991).Pipin Ferreras , célèbre apnéiste cubain qui dans son écriture autobiographique “Dans le bleu profond – Une histoire d’amour et d’obsession” , évoque sa carrière et notamment la mort de sa partenaire Audrey Mestre, l’apnéiste française, décédée en 2002 lors d’une tentative de record de plongée en apnée «No Limits» dans les eaux de la République Dominicaine. Dans Ferreras, vous pouvez observer les préoccupations liées aux fantasmes réussis et l’envie ressentie envers d’autres sportifs célèbres, qui aiment s’ils sont utiles mais dévalorisent rapidement, en soulignant leurs lacunes, s’ils comprennent qu’ils ne peuvent pas puiser ils n’ont aucun avantage (Manca, 2009).
  • La seconde forme de narcissisme, le « secret », est au contraire moins évidente, car elle concerne un type d’individu inhibé et apparemment sensible qui nourrit des désirs de grandeur cultivés dans son propre monde fantasmatique sans jamais être au centre de l’attention (Gabbard, 1989; Masterson , 1981; Wink, 1991).

Ensuite, il y a des études qui ont analysé le thème du sport extrême basé sur la recherche de sensations, c’est-à-dire le besoin pour certains individus de vivre de nouvelles expériences, des sensations intenses et d’expérimenter ce frisson d’aventure et d’excitation pour contrer leur susceptibilité à l’ennui. Selon Zuckerman, cette tendance ferait référence à un trait de personnalité spécifique génétiquement déterminé défini dans le terme « recherche de sensation», Qui, s’il est fortement présent chez l’individu, conduit à une recherche constante du risque. En fait, il y a une différence entre les individus d’être plus ou moins tolérants à des niveaux élevés de stimulation, et par conséquent d’avoir une prédisposition à les rechercher ou, au contraire, à les éviter (Zuckerman, 1983). Par conséquent, les personnes ayant des niveaux élevés de recherche de sensations préféreraient des expériences nouvelles et intenses et seraient plus susceptibles de s’engager dans des comportements à risque tels que la consommation de drogues, d’alcool, de conduire de manière dangereuse ou, dans ce cas, de pratiquer un sport. extrêmes . Les personnes ayant de faibles niveaux de recherche de sensations peuvent au contraire héberger de l’inconfort et trouver de telles expériences désagréables (Zuckerman, 2000).

En résumé, selon cette ligne de recherche, la participation à des sports extrêmes s’expliquerait sur la base d’une activité hédoniste, qui pousse les soi-disant «chercheurs de sensations» à chercher le risque pour se divertir et vivre des émotions fortes. Dans cette catégorie sont placés des individus très curieux, avec des caractéristiques de personnalité impulsives, des traits agressifs et des niveaux d’anxiété plutôt bas (Slanger et Rudestam, 1997; Zuckerman, 2007).

Sports extrêmes: une explication psycho-sociologique selon des perspectives théoriques récentes

A côté des études centrées uniquement sur l’individu et ses caractéristiques de personnalité, parfois même considérées comme pathologiques ou déviantes, certains auteurs se démarquent (Brown & Fraser, 2009; Brymer, Downey & Gray, 2010; Castanier, Le Scanff & Woodman, 2010) qui, récemment, en se concentrant sur des profils de personnalité différents (au lieu de chercher un «égal pour tous»), a voulu considérer l’expérience vécue par les pratiquants, en mettant l’accent sur les aspects positifs du sport extrême . En effet, les individus seraient également motivés par quelque chose de différent de la simple recherche sur les risques. Par exemple, la réalisation tenace de George Mallory du sommet du mont Everest qui a conduit à sa mort en 1924 ne peut être considérée comme un événement poursuivi par un chercheur de sensations, car l’entreprise implique plus d’efforts et de concentration que l’adrénaline ( Barlow, Woodman et Hardy, 2013). Il y a des gens qui mènent des activités dans lesquelles ils souffrent de privation, de souffrance et de monotonie quotidienne, comme cela se produit dans l’alpinisme, l’aviron en mer ou les expéditions polaires, activités souvent rapportées par les participants eux-mêmes comme ennuyeuses et fatigantes, qui nécessitent une longue planification et préparation. et qui ne conduisent cependant à aucun plaisir (Lester, 2004; Woodman et al., 2010). Aussi,contrôle et donc un risque accru pouvant entraîner des blessures graves ou la mort (Kirkpatrick, 2011).

Pour examiner les raisons qui poussent les gens à participer à des activités sportives à haut risque, nous nous sommes ensuite concentrés sur les constructions de régulation émotionnelle et d’agence (Barlow et al., 2013; Castanier et al., 2010). L’agence humaine (ou agence humaine) est définie par Bandura (1989) comme la capacité de l’individu à réagir non seulement à des stimuli externes et biologiques, mais aussi à agir activement et de manière transformative en tant qu’acteur social dans le contexte dans lequel vies, peuplées d’autres acteurs sociaux. Cela se traduit par le pouvoir de mettre en œuvre des actions ciblées intentionnelles pour atteindre certains objectifs, quel que soit leur résultat.

En référence à une étude récente de Woodman et al. (2010) on constate que les personnes engagées dans des activités sportives telles que l’aviron et l’alpinisme ont plus de difficulté à décrire leurs émotions et à entrer en relation avec les autres (notamment avec leur partenaire). Cela conduirait les deux catégories de sportifs à se livrer à des sports à haut risque pour faire face à leurs difficultés émotionnelles plutôt que de rechercher le risque.Meichenbaum (1996) soutient, en fait, que l’augmentation de l’action personnelle dans un aspect de sa vie peut avoir un effet positif dans un autre domaine de la même, dans la mesure où les deux domaines ont des caractéristiques similaires. En ce sens, une augmentation de l’agence personnelle dans l’expérience stressante mais en même temps romantique de l’aviron ou de l’alpinisme, serait en mesure d’apporter une augmentation de son agence également dans les relations émotionnelles (en particulier la relation amoureuse avec le partenaire), qui de la même manière, se caractérisent par le stress et le romantisme (Lester, 2004).

Ces études affirment que les activités à haut risque seraient recherchées car elles ont une fonction de compensation pour le participant, qui, de cette manière, aurait l’opportunité de vivre la régulation de ses émotions et une agence pas facilement trouvée dans la vie de chacun les jours. L’ anxiété non spécifique, constante et généralisée, perçue en interne par l’individu dans sa vie quotidienne, peut passer à une anxiété externe, spécifique et identifiable, grâce à la peur ressentie lors de la pratique des sports extrêmes (Castanier et al., 2010). La peur, en effet, contrairement à l’anxiété, est configurée comme une réponse à une menace très spécifique, facilement ressentie dans le sport extrême et contrôlable par l’individu à travers la régulation de ses émotions sous-traitées (Gyurak, Gross, & Etkin, 2011; Sadock & Sadock, 2007). Si la régulation émotionnelle réussit, l’individu pourra diminuer sa peur, transférant cette capacité d’ adaptation à d’ autres domaines de la vie. En d’autres termes, l’individu pourra faire face aux stress prolongés rencontrés dans sa vie quotidienne s’il a ressenti un agent de ses émotions dans un contexte de haute tension pendant une période prolongée (Woodman et al., 2010). En ce sens, les études citées conceptualisent la recherche du risque par le sport extrême comme un modèle potentiel d’effort humain pour atteindre un meilleur état futur, plutôt que comme une simple recherche de sensations (Barlow et al., 2013).

La contribution de Taylor et Hamilton (1997) est également intéressante, qui expliquent la mise en œuvre de comportements à risque comme un moyen possible de réguler l’affectivité négative en fuyant la conscience de soi. Selon les auteurs, les gens pourraient utiliser des activités à haut risque (comme la consommation de drogues ou d’alcool) comme stratégies d’évasion pour détourner l’attention d’eux-mêmes et ne pas penser à leur malaise, du moins temporairement; un résultat récemment porté même dans les sports extrêmes afin d’expliquer la propension de certains sportifs à mettre en œuvre des comportements à risque dans des activités extrêmes déjà à haut risque (Castanier et al., 2010; Cazenave, Le Scanff et Woodman, 2007).

Des recherches plus poussées, allant au-delà de la simple gratification physiologique, ont révélé d’autres explications possibles de l’implication dans les sports extrêmes , à savoir:

  • atteindre des objectifs (comme devenir enseignant)
  • motivation sociale (comme l’interaction avec d’autres athlètes)
  • la recherche de la liberté
  • échapper à l’ennui
  • la connexion avec l’environnement naturel, et la réalisation de sensations corporelles kinesthésiques agréables, se déplaçant dans l’air ou dans l’eau.

Par conséquent, tout ne s’avère pas pathologique: le sport extrême pourrait conduire à des résultats psychologiques et émotionnels positifs, par exemple la transformation de la peur en courage ou le développement de l’ humilité (Brymer & Oades, 2009; Brymer & Schweitzer, 2012; Willig, 2008) .

Sports extrêmes: les autres raisons en plus de la recherche du risque

En particulier, l’étude de Kerr et Mackenzie (2012) a fait valoir que les motivations des participants impliqués dans les sports d’aventure elles apparaissent multiformes, en ce que, si certaines d’entre elles partagent des motivations communes, d’autres diffèrent dans leurs raisons, leur donnant un ordre d’importance différent. Les différentes tendances motivationnelles peuvent dépendre à la fois des caractéristiques de la personnalité et du sexe (être homme ou femme) et du niveau d’implication dans le sport (compétitif, professionnel, récréatif). De plus, il a été constaté que les raisons peuvent changer selon les circonstances rencontrées au cours de l’activité ou au fil du temps, en fonction de l’expérience, des compétences acquises et avec l’âge. Par exemple, une personne peut commencer à faire du kayak pour le simple désir de ressentir la montée d’adrénaline de la descente des chutes d’eau abruptes des rivières,

A partir de l’analyse des deux perspectives théoriques, on peut voir comment les travaux les plus récents ont favorisé le passage d’une conception pathologique et négative de l’individu et du sport extrême à une conception plus adaptative et positive. Une étape franchie grâce à l’utilisation d’outils qualitatifs (tels que des autodéclarations et des entretiens) mais surtout grâce à une compréhension plus approfondie des expériences individuelles et des différences.