Soigner le cancer grâce à l’exercice physique

Laisser le cancer derrière soi grâce au sport? Le traitement du cancer affaiblit non seulement de nombreux patients physiquement, mais laisse aussi des traces psychologiques. Le sport et l’exercice peuvent aider, mais parfois il faut faire un effort.

En route vers des niveaux de performance plus précoces.

Le traitement du cancer affaiblit non seulement de nombreux patients physiquement, mais laisse aussi des traces psychologiques. Le sport et l’exercice physique peuvent aider, mais parfois il faut faire un effort. Des tours à vélo de plus de 500 kilomètres par semaine ou de longues randonnées étaient une évidence pour Gisela Osuch-Trogisch, originaire de Berlin, pendant de nombreuses années. Mais une maladie cancéreuse et ses conséquences ont soudain bouleversé la vie du retraité sportif. “J’avais atteint le point zéro. Même les trois marches qui menaient à mon appartement étaient déjà trop longues”, se souvient cette femme de 67 ans des séquelles du traitement. Une perte de poids importante, une perte musculaire et l’épuisement ont fait qu’elle n’avait presque plus de force. Mais le sport et l’exercice physique l’ont finalement aidée à se remettre sur pied. Aujourd’hui, deux ans plus tard, elle a repris son vélo, fait du yoga, participe à un groupe de sport et fait de la randonnée. “J’ai atteint environ 80 % de mon ancien niveau de forme physique”, déclare l’ancienne institutrice de maternelle. “Le sport ne peut pas remplacer un traitement médical, mais c’est une mesure de soutien très importante”, explique Martina Schmidt, assistante de recherche au Centre allemand de recherche sur le cancer de Heidelberg, à l’approche de la Journée mondiale du cancer, le 4 décembre 2020. Selon M. Schmidt, l’exercice physique peut non seulement maintenir ou rétablir les performances physiques, mais aussi atténuer ou prévenir les effets secondaires tels que l’épuisement sévère.

Entre-temps, les patients ont pris conscience que le sport est généralement bon pour eux, a déclaré M. Schmidt. “Une de nos enquêtes a montré qu’une grande majorité des patients atteints de cancer considèrent le sport comme très important”. Cependant, la mise en œuvre de ces mesures pose encore quelques problèmes.

Certaines personnes ont du mal à se ressaisir.

“Les patients atteints de cancer sont un miroir de la société”, déclare la thérapeute sportive berlinoise Anke von Popowski, qui travaille avec eux depuis des années. Certaines personnes sont très motivées et le restent. D’autres, en revanche, ont du mal à se ressaisir, surtout lorsqu’ils souffrent du syndrome de fatigue. “Le cancer a aussi un effet sur l’âme des patients, qui est très différent de ce qui se passe après une opération de la hanche”, souligne M. von Popowski. “La deuxième cure m’a permis de faire une percée”, dit-elle. Là, elle a été lentement réintroduite dans le mouvement. Un élément important pour sa forme physique en attendant : Le groupe sportif de réhabilitation d’Anke von Popowski, qu’elle visite chaque semaine. Pendant 60 minutes chacun, Osuch-Trogisch et les autres participants suivent une combinaison d’entraînement cardiovasculaire, de gymnastique fonctionnelle pour la mobilisation et le renforcement, ainsi que des exercices d’équilibre et de coordination.

Vous pouvez également vous essouffler de temps en temps

“En général : ce qui est amusant est bon. Chaque mouvement est mieux que rien”, déclare le chercheur Schmidt. Mais le sport doit être adapté à la situation respective. “Les patients devraient toujours consulter leur médecin pour prendre en compte des aspects tels que des cicatrices récentes, des maladies concomitantes ou un système immunitaire affaibli”, souligne-t-elle. En général, un mélange de sports d’endurance et de force est bon, au moins deux à trois fois par semaine pendant environ 30 minutes à chaque fois. “Vous pouvez aussi faire un petit effort et vous essouffler.”

Selon l’Aide allemande contre le cancer, il existe environ 1 000 groupes sportifs de suivi du cancer en Allemagne. Le besoin est là : selon les dernières estimations de l’Institut Robert Koch, il y aura près d’un demi-million de nouveaux cas de cancer en Allemagne pour la seule année 2016. Le réseau “OnkoAktiv”, du Centre national des maladies tumorales de Heidelberg, a mis en place une plateforme pour fournir des informations sur les services dans tout le pays. Mais tous les patients ne veulent pas aller dans un groupe spécifique de cancéreux. Même pas Gisela Osuch-Trogisch. “Je ne voulais pas être confronté à d’autres destins”, explique le Berlinois, qui préfère donc rendre visite à un groupe mixte de l’association Sport-Gesundheitspark Berlin.

Thérapie sportive testée par télémédecine à la campagne

Les autres, en revanche, n’ont pas du tout le choix. “Surtout à la campagne, les soins ne sont pas toujours bons”, déclare la scientifique sportive Verena Krell de l’hôpital de la Charité à Berlin. Elle teste donc la thérapie sportive par télémédecine dans le cadre d’une étude auprès des assurés de l’AOK Northeast. Après un bilan de santé et de forme physique, les participants reçoivent quelques heures de physiothérapie dans leur région, puis poursuivent l’entraînement seuls à la maison. Toutes les deux semaines, les participants sont suivis par téléphone et, si nécessaire, davantage motivés. L’expérience avec les 35 premières personnes a déjà été très bonne, dit Krell : “Il est démontré que le sport a un effet activant, les personnes testées sont plus en forme et traversent la vie plus facilement”. Krell part du principe que ce type de thérapie est aussi utile que le sport dans un groupe de sportifs cancéreux.

Un mécanisme complexe

Mais pourquoi le sport a-t-il un effet aussi positif ? “Il n’y a pas un seul mécanisme, mais l’effet est à plusieurs niveaux. En général, nous partons du principe que le sport a un effet positif sur la forme physique, c’est-à-dire sur les fonctions cardiovasculaires, pulmonaires et musculaires, la réduction de la masse grasse ou le renforcement du système immunitaire”, explique M. Schmidt. Une expérience sur des souris a également montré que le sport pourrait favoriser la réduction des tumeurs – mais on ne sait pas encore exactement comment. “Des études d’observation à long terme montrent que les taux de survie et de rechute sont meilleurs chez les patients qui ont fait du sport que chez les personnes passives. Cependant, dans de telles études, les résultats peuvent être biaisés”. La preuve évidente de la causalité est toujours en suspens, souligne Schmidt.

Reprendre confiance dans son corps

Les patients reprennent confiance dans leur propre corps et ont le sentiment de devenir eux-mêmes actifs. C’est souvent important car pendant la thérapie, ils sont souvent dans un rôle passif – on fait quelque chose avec eux, on se sent à leur merci.